La bataille de Cocherel

Prix de l'article : 9.90 €

De l'omission ou de la disparition volontaire des faits : conséquences sur la narrration et l'interprétation du déroulement de la Bataille de Cocherel (14 au 16 mai 1364).

Le ménestrel Cuvelier, biographe "officiel" de Bertrand du Guesclin et le chroniqueur Jean Froissart, font le plus souvent figures de référence concernant les événements militaires et politiques du milieu du XIVe siècle. La chanson de geste de Cuvelier, d'une interminable longueur - environ 25 000 vers - et les chroniques de Froissart restent les témoignages les plus importants et les plus proches dans le temps. Cependant, leurs récits déforment le plus souvent les faits et les rendent très approximatifs. En particulier, la narration du cours de la bataillle de Cocherel et la confrontation à la nature du terrain où elle s'est déroulée ne peuvent éluder certaines interrogations. L'un des épisodes majeurs de cet  affontement franco-navarrais en effet a été omis par les chroniqueurs, par ignorance, par contrainte, par nécessité, parce qu'au final seul le résultat importait et que cet élément leur semblait accessoire. Cette omission a généré au fil des siècles une interprétation érronée du déroulement de cet épisode majeur du commencement d'un règne nouveau. Les puristes trouveront sans aucun doute satisfaction à le voir remis en évidence par la consultation des documents trop souvent passés sous silence, et à ne pas se laisser abuser par certains articles non pertinents, voire même fantaisistes.

Jean de Grailly, Captal de Buch...

Vous pouvez consulter d'autres articles concernant Bertrand du Guesclin sur ce site

Lien vers une synthèse de la vie de Bertrand du Guesclin

...

Vous souhaitez me contacter ?

07 88 36 10 70

contact@patrick-vallee.fr